Go to Poland : 04 août 2015

Tatatataaaaannn levé 5h du mat’ nous plions rapidos sans même prendre le temps d’un café : il fait déjà chaud et la journée (comme annoncée précédemment) sera rude. A 6h 1/2 nous voici en route. Nous commençons par une « mise en jambes » avec une belle grimpette à travers bois que les Gros gravissent avec courage et bonne volonté. Nous parvenons aux pistes de ski avec des vues époustouflantes sur tout le massif des Krkonoše. Les chemins sont rudes mais bons, la Pétasse notre meilleure grimpeuse s’élance en tête. En même temps avec un maillot à pois c’est normal. Les Gros mouillent la chemise. Mais ce n’est pas pour rien : car que voit-on se profiler la devant ?

Eh eh c’est ça ! Le restaurant panoramique (accessoirement piste d’atterrissage pour OVNI si si ) bâti tout au sommet du Ještěd

Nous surplombons la ville. Puis nous nous laissons redescendre mollement par la route. Nous empruntons quelques chemins de traverses afin de parfaire le contournement de Liberec par les montagnes.

Quelques belles descentes, dont une très technique, presque droite (une piste pour vtt) ravinée et mêlant marches, rochers, plaques et racines entremêlées. Très dur (je n’ai pas de photo on a alors préféré se concentrer que de sortir l’apn. Dommage.)

Pour ce faire nous avons lâché Pégous (le moins à son aise en montagne) qui suit en calculant soigneusement ses passages. Bibi lui attend que je lui dise où mettre ses gros panards. Ils sont top nos Gros.

Finalement les crampons de papi polac auront été bien utiles. Et nous voilà dans la plaine, après toutes ces montagnes c’est presque un choc. Nous ne sommes pas mécontents d’être partis de bonne heure, la chaleur est étouffante.

Un panneau : la ferme est déjà indiquée !

 

Nous voici arrivé : 19 jours et grosso modo 350 km fait tranquillou.

Go to Poland : 03 août 2015

Toujours une bonne nuit sous notre supeeeeer tipi (blablabla) nous décollons par une chaleur déjà bien présente… Hélas ! Que les fraîcheurs passées semblent lointaines.

Nous voici donc partis en suant déjà à grosses gouttes (beurk )

Objectif du jour : entamer le contournement de Liberec. Fait chaud et ça grimpe… Engagez-vous qu’y disait, engagez-vous ! Les paysages, splendides, compensent néanmoins les efforts et les suées fournies par toute la troupaille. Nous traversons des villages aux maisons coquettes, voire méticuleusement entretenues (j’ai un faible pour les vieilles maisons vous l’aurez compris) Nous passons sous l’autoroute Prague/Liberec véritable frontière entre la campagne et les quartiers de la banlieue de Liberec.

Avec le Vincente Tour il ne faut pas avoir peur de crapahuter, aussi nous nous payons une montée diabolique, toute droite à travers forêt et montagne. Pfufff arrivée tout en haut, comme notre Tour Opérator est à la pointe, il y a là un restaurant, certes au design « particulier » mais qui a l’avantage de servir du coca frais. Pour le reste comme on n’est pas architecte on s’en fiche. Nous installons confortablement les Gros à l’ombre après les avoir rafraîchis, sous l’œil ébahi des touristes venus là admirer la vue. Les Gros peuvent siester peinards tandis que nous déjeunons en terrasse

Je terrorise quelques gamins venus tourner autour des chevaux, en leurs montrant qu’ils s’approchent à leur risques et périls : il suffit pour ça d’ouvrir grand la bouche d’un Gros et de montrer les dents du monstre. Les affreux gosses partent sans demander leur reste et les Gros peuvent reprendre leur sieste. Nous repartons gaillardement, admirant au passage la vue sur la ville de Liberec, ainsi que le telé siège qui permet aux touristes de grimper là sans fatigue excessive (comme certain) Notre objectif de demain s’aperçoit déjà, là-bas tout au fond à droite : Le Ještěd

Nous finissons par trouver un coin où nous poser, ce sera le bivouac le moins accueillant de toute la rando ! Tant pis les Gros ont de l’eau et de l’herbe c’est tout ce qui compte. Nous nous endormons tôt : demain la journée sera hard car pour cet ultime jour Vincent nous a gâtés…

Go to Poland : 02 août 2015

Levé 6h30 une fois n’est pas coutume. La lessive a fini par sécher dans le tipi, tout va bien (Dans suuuuuper tipi…)

Les Gros ont bien dormi eux aussi, pas d’insomnies dûes aux villageois fêtards, non tout va nickel.

9h nous voici partis. Nous descendons vers la petite ville de Železný Brod, que nous allons traverser sans nous en faire. C’est un joli bourg, avec tiens, un bien chouette commissariat dis donc ! Une non moins belle mairie, quant à la KB elle est juste splendide. Mais c’est une ville aussi en travaux, avec un contournement en sens alterné que nous franchirons comme tous les autres usagers de la route. Bin tiens ! Nous parvenons finalement dans des quartiers plus calmes. Nous grimpons tout au-dessus de la petite ville : tout à l’heure nous étions pile sur le versant d’en face !

La suite du tracé est très sympa, montant et descendant au gré de courtes montagnes, du haut desquelles la vue est superbe.  Nous trouvons finalement à bivouaquer avec une facilité déconcertante, juste à l’entrée du village de Polechy. Il y a de l’herbe à foison et surtout de l’ombre plus que souhaités avec la chaleur qui revient en force : En moins de 3/4 d’heure le camp est dressé, à côté d’un potok et de tout mignons crapauds comme voisins. Nos hôtes nous apportent alors un plateau surchargé de bonnes choses et nous invitent à prendre une douche chez eux. Cooool

Dur la rando’…

Go to Poland : 01 août 2015

Après cette soirée copieusement arrosée, nous dormons jusqu’à 8h. Nous nous préparons doucement. Vaille que vaille nous décollons vers 10h. Nous faisons une halte ravitaillement au Tesco. Avant de traverser la bourgade et de passer devant une grosse KB. Nous retrouvons la campagne, bien verdoyante malgré la chaleur. Petite halte pique-nique dans la fraicheur bienvenue d’un bois, bien que des hordes de guêpes s’invitent au repas, les agaçantes. Nous repartons plus hâtivement que voulu, sous une chaleur de plomb.

Aujourd’hui nous avons un brin de mal pour trouver un endroit susceptible d’accueillir notre équipée mais nous finissons pas y parvenir, au beau milieu d’un village. Ce n’est pas le plus sublime des bivouacs mais il ira parfaitement.  Les Gros ont de quoi grignoter : ce n’est pas encore ce soir qu’ils vont dépérir…

Go to Poland : 31 Juillet 2015

Nuit super (dans notre super tipi comment cela pourrait-il être autrement ) bien que frisquette : dans le tipi il fait 9°c et si on considère qu’il fait 5°c de plus qu’à l’extérieur (moyenne de température intérieur d’une tente par rapport à l’extérieur) bin dehors il fait frais… Coooool !

Les Gros apprécient ces températures, nettement plus que la canicule ! Ils sont en pleine forme et profitent enfin de leurs vacances. Nous décollons sans nous presser car le « Vincente Tour » c’est une organisation qui ne te bouscule pas. Nous voici finalement partis, notre Tour Opérator nous faisant traverser la jolie bourgade de Jilemnice (le nom du village qui m’échappait) La petite ville est ravissante, avec ses rues pavées et ses maisons soigneusement voir amoureusement rénovées. Après avoir fait sensation dans tout le centre historique et mis du fun à un mariage qui se déroulait en grandes pompes sur la place centrale, nous finissons par sortir de la sympathique bourgade (note : les Gros ont été d’une discipline exemplaire et n’ont lâché aucun popo disgracieux, au pire quelques flatulences… ) Nous laissons Jilemnice derrière nous. Tandis que le tracé se poursuit dans un temps aimablement frais juste ce qu’il faut, ensoleillé pile poil, et ce sur des chemins agréables, au milieu de paysages magnifiques. Quoi ?! Serait-ce encore une journée fastoche !

Pour pallier à toute lassitude nous sillonnons en alternance, prairies et bois, toujours soutenus par l’excellence des tracés. Pégous que le régime « herbes des alpages » ne fait pas maigrir, voire tout le contraire, a bénéficié d’une amélioration technologique de pointe : un avaloir made in Patrice aux doigts de fée, merveilleusement réalisé dans une sangle orange du plus bel effet. Premier jour d’utilisation, quelques réglages seront à effectuer pour une optimisation parfaite. Mais bon même à la NASA ils font des essais hein!

Finalement sans même vraiment le chercher nous tombons sur un gars épatant, qui nous propose un coin où bivouaquer. Il parle un anglais impeccable ce qui paraît étonnant aussi perdu dans la cambrousse. Il est à la fois éberlué et enthousiasmé par notre façon de passer nos vacances. Lui-même est agri’ passionné par le bio’ et débarde ses bois avec son cheval. Il nous invite alors à nous poser dans ses prairies. Les Gros ont encore tout ce qu’il faut… Voire un peu trop ! Quant à nous, nous aurons le top 1 des wc de cette rando !

Les paysages à la hauteur de la somptuosité des wc, ce qui n’est pas peu dire.

Le soir, Jan et toute sa p’tite famille sa femme enceinte jusqu’aux yeux et ses deux fillettes adorables et primesautières, déboulent avec des paniers débordant de victuailles pour une soirée saucisses au feu de bois. Nous passons une soirée de rires et d’échanges tandis qu’une lune pleine et ronde vient prendre possession du ciel. Nous discutons tard dans la nuit, accompagnés par les crépitements du feu. Soutenu par nombre de pivo… J’avoue… Décidément cette rando est sous le signe de l’alcoolémie !

Pas grave, nous roulons jusqu’au tipi où nous nous endormons…

Go to Poland : 30 Juillet 2015

Nous avons (encore…) royalement dormi dans notre tipi duquel nous émergeons mollement vers 7h pour un départ sans aucuneeee précipitation vers 10… Ah oui cette année on y va cool.

Le temps passe du chaud au froid dans la même minute c’est hum, déconcertant. Nous passons notre temps à enlever ou remettre polaires et vestes. Hormis ça le tracé est joli tout plein (vive le « Vincente tour») avec de jolis paysages vallonnés.

Nous enchaînons de petites routes paisibles en suivant un tracé vélo des plus pépères. Il faut néanmoins négocier quelques barrières pédestres avec un détour par le bush… Dur ! Mais on reste sous le signe de la journée fastoche. C’est pas plus mal tiens !

Jolis paysages, gentils chemins, rivières pour les Gros… Tout va quoi. Bref nous avançons tranquillou dans une campagne toute aussi paisible. Nous trouvons aisément à bivouaquer juste à côté d’un village (dont le nom m’échappe là de suite. zut !) bref, herbe et tout ce qu’il faut pour toute la troupe : Encore des vacances en mode hardcore !

Go to Poland : 29 Juillet 2015

Après une nuit frisquette (4 ou 5 °c fais pas très chaud en haut de ces montagnes… Même l’été !) mais délicieusement agréable et reposante (avec nos duvets d4 merdique associés aux sacs à viande en polaire nous n’avons pas froid) nous émergeons vers 7h et partons faire un excellent p’tit dej’ à l’auberge (bé tant qu’à faire !)

Le temps est couvert, froid mais tout va bien (n’oubliez pas qu’on a décidé qu’on aimait le froid) nous plions sans avoir de pluie tout est donc idéal. Les Gros se sont bien reposés eux aussi et malgré la grosse journée d’hier les dépoilages de sangle de Pégous n’ont pas augmenté. Tout va nickel Cool

Les gens de l’auberge, toujours adorables et enthousiastes, nous font cadeau d’un énorme gâteau aux prunes, traditionnel de la région. Je le gère dans le sac glacière en espérant qu’il ne sera pas trop aplati ce soir.

Nous partons flegmatiquement à 10h30 après une p’tite photo souvenir avec la dame trop sympa. Nous entamons une loooongue descente de plusieurs kilomètres qui nous emmènera en contre bas des montagnes vers des contrées plus campagnardes et moins touristiques. Nous la faisons à pieds, tranquilles. Croisant quelques maisons en fuste traditionnelle. L’objectif aujourd’hui est juste de descendre des montagnes, les Gros ont eu une grosse journée hier on ne va pas les accabler les pauvres. On avance paisiblement sur un tracé fastoche de petites routes de campagnes

En contre bas du parc national et des montagnes, au petit village de Lánov nous demandons à tout hasard s’il n’y aurait pas un carré d’herbe disponible, on préfère demander tôt, échaudés que nous sommes de notre expérience de la veille !

Là justement nous tombons pile sur des gens adorables qui nous emmènent immédiatement (en moto qui devait être neuve pendant la guerre froide) dans un champ à l’écart, où nous serons idéalement installés.

Les Gros sont ravis de s’arrêter si vite et n’en croient pas leur chance ! Tandis que les Gros broutent J’en profite pour mettre à jour le journal de bord

Puis les gens amènent de l’eau avec un tracteur pour nous et les chevaux. C’est y pas cool ?!

Tout ça, ça creuse c’est l’heure de la p’tite salade, ainsi que de savourer notre gâteau aux prunes, qui miracle n’a pas souffert du voyage. Miam.

La pluie survient ensuite ce qui nous permet de siester paisiblement dans notre tipi, jusqu’au soir où nous irons faire un tour à la hospoda du village pour dîner. Bin quoi vous croyez qu’une salade ça va nous caler !? Nous nous régalons de délicieux schnitzel & frites maison tout en regardant BBC news (why not !) Nous rentrons tranquillement dans la nuit retrouver notre campement. Dans l’obscurité le tipi prend des allures diaphanes, presque magiques.

Go to Poland : 28 Juillet 2015

Levé 6h après une excellente nuit sous notre tipi en parfaite adéquation avec le thème local. Mouarf mouarf….  A 9h nous voici partis sous une chaleur revenue. Un jour de repos et mon Pégous ressemble à un zeppelin. C’est dramatique d’autant profiter du moindre nutriment, franchement !

Nous avançons en suivant un tracé vélo sympa mais nous plaignons néanmoins bien les pauvres cyclistes qui s’y engagent, car purée ça monte. Puis subitement il fait froid, genre ça tombe à 10/12°c pourtant nous ne nous plaignons pas puisqu’à présent nous sommes devenus des adeptes inconditionnels du froid. Le tracé est vraiment joli. La pluie menace sur la route menant à la frontière Tchèque. Et nous voici à la frontière, où nous apprécions une fois encore l’extrême facilité que c’est de vivre sans réelles frontières : vive Schengen !

Nous abordons dès le côté Tchèque le coin huppé des Krkonoše, et cela se voit immédiatement : chalets et pensions tout tirés à 4 épingles. Nous avançons sous l’orage qui se décide à éclater pile en haut du col, histoire qu’on puisse espérer se faire foudroyer ! Quelle « bonne idée » pile poil lorsqu’on est au sommet bien exposé. On se ramasse une vraie bonne pluie, une drache comme dirait si bien Joe… Mais finalement l’orage s’éloigne lorsqu’on descend vers la vallée, et miracle ou chance la foudre nous a même ratés, ouf.

Il pleuviote à peine lorsque nous parvenons à Velká úpa. Il est 14h lorsque nous décidons de trouver un endroit où nous poser. Nous avons bien crapahuté depuis le matin, fait beaucoup de dénivelés on peut donc s’arrêter pour aujourd’hui.

Nous cherchons sereinement un coin où bivouaquer et vu l’herbe alentour cela devrait se faire aisément. Patrice part en quête porteur des espoirs des Gros. Les Gros sont déjà en mode fin de journée, mais nous allons bien les décevoir les pauvres, et nous aussi par la même occase, car pas moyen de trouver 1 cm2 dispo’ pour nous dans tout le village ! Bah non les gens sont habitués aux touristes, notre aventure ne les intéresse en rien même pas lorsqu’on leur dit qu’on tient à payer… Les gens sont de surcroît, terriblement agressifs et sur la minuscule route qui nous permet de sortir du village, un vieux au volant d’une grosse cylindrée écrase quasiment Astor afin de forcer le passage ! Patrice le calme recta’ en lui foutant des coups de pieds dans sa bagnole et moi en l’engueulant en français. Ah la tête du gars ahahah

Bref on rigole bien mais on est néanmoins bien dégouté. Nous voici contraints de repartir dans la montagne sachant parfaitement qu’il sera difficile de trouver d’autres endroits herbeux, puisque là où il y a la montagne elle n’est couverte que de forêts sans fin, surtout qu’en étant en plein dans le Krkonošský národní park nous risquons même de ne pas avoir le droit de bivouaquer… Nous grimpons, grimpons et finalement 10 km plus tard nous parvenons au sommet du Lučinách à plus de 1000m. Le vent est glacial. A la première auberge nous nous faisons clairement refouler : ici c’est LE parc il est interdit de camper. Okkkkk

Sans nous en faire nous tentons notre chance plus loin et là MIRACLE ! Nous tombons sur une famille qui tient une auberge sans prétention et qui nous accueille les bras ouverts. Woua ça fait plaisir un zest de chaleur humaine, tiens ! Nous plantons le tipi juste à côté de l’auberge Krakonoš. Les Gros eux, bénéficieront d’une herbe bien haute sous le remonte pente. Après cette grosse et rude journée nous récompensons largement le courage des poilus avec une bonne dose de grains. Quant à nous nous aurons droit à la meilleure douche de notre vie, suivie par un repas pantagruélique et délicieux, avec en dessert les incontournables palačinka aux myrtilles. Il fait froid, on est cuit, aussi nous nous glissons avec satisfaction dans nos duvets, heureux d’un repos fort bien mérité. Pfuff quelle journée !

Go to Poland : 27 Juillet 2015

Après une excellente nuit nous attendons paisiblement le MF qui survient vers 9h, accompagné de sa fille qui parle un allemand épatant. Finalement il s’avère que papi n’a pas tout le matos sous la main, il nous invite donc à amener le poney chez lui en fin de matinée ce qui lui permettra d’aller acheter des fers à la bonne pointure.

Pas de problème pour nous.

A 11h nous emmenons Astor & Bibi (vu l’état des fers de ce dernier mieux vaut le referrer aussi tant qu’à y être) dans le petit village à côté où nous attend papi MF.

En fait papi n’est absolument pas un pro’, il a des chevaux et comme Tadeusz précédemment, il les ferre lui-même. Il est très minutieux mais il mettra 5h pour faire les deux Gros…  A sa décharge ils seront bien faits. Il leur ajustera des crampons en mode CCE ce qui décontenancera plutôt le gros jaune qui ne sait pas fonctionner avec des trucs pareils.  On félicite papi (qui s’est bien fait suer au propre comme au figuré) puis on ramène les ponies en se disant qu’au pire si les crampons les gênent on les enlèvera.

Dooonc nous partirons demain.

Nous sommes affamés et filons déguster un délicieux poisson grillé au bar de la ville, en assistant pour la Xième fois à l’attaque de la banque.Mais on ne s’en lasse pas.

Avec nos chapeaux et nos drôles de dégaines, les touristes nous regardent d’un d’œil interrogateur : faisons-nous partis des attractions ou pas ?

Go to Poland : 26 Juillet 2015

Après une nuit frisquette et pluvieuse qui nous change agréablement du combo canicule & taons, nous nous levons placidement pour un p’tit dej’ luxueux avant de préparer les Gros qui eux aussi, ont bien dormi selon leurs dires. A 9h (oui oui on prend notre temps j’sais bin) nous voici partis. Le temps est royalement frisquet aussi nous devons même enfiler nos softshell, voui voui.  Et bien j’ignorais que je pourrai dire ça un jour mais quel plaisir de marcher dans un air bien frais, sans ruisseler ni cramer et surtout sans bêtes. Le pied ! Et bien j’en viens à comprendre Joe qui voyage en hiver !

Le tracé est chouette enchaînant sans lassitude petits sentiers, larges chemins et traversées de villages. Nous croisons de bien belles maisons dans lesquelles qu’elles soient vieilles ou récentes le bois est omniprésent. Vincent vérifie son tracé, des fois qu’il nous perdrait en Europe… Mais non tout va bien : nous sommes toujours dans les montagnes polonaises ! Il fait toujours frais, la montre baromètre de Patrice nous indiquant 12°c, youpi !

Une vraie différence avec la République tchèque : l’importance de la religion. Si en Tchéquie les gens sont principalement athées, en Pologne la religion catholique est omniprésente. Au fin fond des bois nous croisons une petite chapelle débordante de monde pour la messe du dimanche. Nous ne sommes plus guère habitués à autant de foi et de ferveur. Nous prenons discrétos une p’tite photo.

A mi-parcours, aux abords de Miłków, Astor perd un fer, Damned ! Au rythme où toute sa ferrure brinquebale il va falloir trouver sérieusement un MF. Nous prenons donc au plus court sur la nationale afin de filer vers Karpacz. Karpacz étant le bourg le plus important du secteur, là où vraisemblablement nous aurons le plus de chance de trouver comment résoudre notre souci technique. Arrivé à Karpacz, choc : Karpacz c’est une marée de touristes allemands. Nous trouvons par chance de serviables policiers qui nous indiquent un endroit susceptible de nous aider : Western City

Nous ressortons avec soulagement de la ville en émoi, pour retrouver la quiétude de la nature. Nous sommes vraiment plus que dubitatifs quant à nos chances d’accueil dans ce panthéon touristique et bien nous n’aurions pas dû : en deux secondes nous sommes acceptés (gratos en plus !) nous nous retrouvons dans une vaste pâture, les gens se chargeant de contacter un MF. Fastoche. Finalement le MF devrait venir le lendemain dans la matinée. Nous voici en repos forcé, mais est-ce grave ?

Les Gros s’en accommodent… Nous nous allons visiter la ville western en bons touristes que nous sommes, assistants même à l’attaque de la banque. Comme quoi la rando’ c’est chaque jour un renouvellement, de surprenantes expériences et découvertes. Qui aurait cru que nous bivouaquerions dans une ville western hein !?