Samedi 23 Juillet 2011

Un phénomène rare s’abat brutalement sur nous : il fait BEAU !!!!
Nous n’en profitons pas à sa juste mesure car Toto est totalement out, peuchère.
Il vomit et il est tout ramollassou… Ce n’est pas grave, c’est « normal » chez le Toto. Il est tellement actif qu’au bout d’un moment il ne manifeste sa fatigue que lorsqu’il est au bout du bout du rouleau.
Donc on le hisse sur son Bibi et roule ma poule. Il a eu le choix entre rester agoniser dans le fossé ou venir… Il a préféré venir… Finalement… !
On va longer la rivière un long moment, et c’est fort agréable. Puis nous quittons les bords bucoliques de la Vltava pour la forêt.
Toto est toujours vivant… tout va bien ! Nous traversons quelques paisibles villages.
Une dernière forêt à traverser avant l’étape, forêt toute parsemée d’étangs débordants de canards et bourrés de lignes droites endormantes. Après avoir traversé un ruisseau dissimulant hypocritement toute une bande argileuse dans laquelle mon pauvre Pégous perd ses tongs (que j’irai rechercher à tâtons dans la gadoue bénissant leur couleur rouge), dans laquelle tout le monde s’enfonce jusqu’aux genoux, pourtant à peine sortis de la boue nous subissons une attaque en règle de guêpes kamikazes, enfin nous parvenons au camping de Hluboka. Il était temps !
Les chevaux auront une vaste superficie d’herbe haute, et nous, deux chatas. Toto va immédiatement faire une sieste dont il se relèvera frais et gaillard.
Finalement tout s’organise nickel, demain c’est journée repos, déjà prévue à l’avance.

Vendredi 22 Juillet 2011

Il a plu une bonne partie de la nuit, mais ce matin miracle, pas de limaces escaladeuses ! On se dépêche de tout plier et hop on part. Déjà il commence à pleuvoir…. C’était à prévoir.
Nous déplions les capes et tout va bien. A Dovbravka nous tombons sur une petite supérette où nous nous ravitaillons, biscuits et même bonbons remontent moral. Et puis il ne pleut plus, tout va donc au mieux.
Après Luznice nous nous arrêterons pour une pause assez méritée. On se payera même le luxe de se faire un café ! C’est trop d’confort tout ça. Au moment où nous repartons une voiture de policiers survient, nous demande nos papiers du genre qu’on se sent un brin dans la peau de Roms…
Boooon une deuxième voiture survient… Et une troisième (si si) car au village où nous avons dormi hier, soit Vranov, un vol a eu lieu et j’ai comme qui dirait l’impression qu’on croit que c’est nous qui avons fait le coup ! C’est un peu énorme.
Enfin en quelques secondes tout rentre dans l’ordre, le temps que j’exhibe nos passeports français et Patrice sa carte de directeur de la Komercni Banka … Finalement on repart tout potes avec les flics.
Nous approchons de Tyn, la grande agglomération du secteur. C’est parfait nous pourrons y faire des courses, et chez un veto’ acheter des croquettes pour le canidé ainsi que du maïs cassé pour Gros Lulu (le seul de la bande à être complémenté)
Traversée de la Vltava sur un pont gentiment piétonnier, à la vive stupéfaction de la population ! Puis nous terminons le passage de la ville par des quartiers tranquilles.
Enfin nous retrouvons nos sentiers balisés qui nous font longer la rivière. C’est très beau mais il ne faut pas glisser. Nous quittons Tyn, et trouverons à bivouaquer dans une ferme à Hnevkovice. Le menu du soir des Gros : pissenlits à volonté !
Ouf on peut tous s’endormir !

Jeudi 21 Juillet 2011

Il a plu toute la nuit, et pas qu’une petite ondée comme ça, non des trombes d’eau. Les champs sont inondés on dirait des rizières.
Après avoir débarrassé la tente couverte d’une trentaine de limaces qui ont dû juger qu’il y avait trop d’eau dehors, et trouvé refuge chez nous ; nous plions rapidos, effrayés par le ciel lourd de nuages.
Alors que nous partons sans prendre le temps de déjeuner, notre hôte du jour survient avec un gros pot rempli d’un thé au miel brûlant, le meilleur que je n’aie jamais bu ! Ah là comme ça nous a fait du bien !
Et puis tout remis d’aplomb grâce à sa gentillesse, nous voici partis pour une nouvelle journée. Il fait…. Comment dire… Nous sommes à « 4 couches » et les Nordistes et Belge sauront de quoi j’cause pour les autres servez-vous de votre imagination.
Nous affrontons la traversée « du pont de la mort qui tue», un pont trèèèès long (750 m) très passant (une nationale) doté d’un trottoir minuscule. Malgré le temps, la vue est superbe bien que j’en profite peu, hélas, car je dois tirer Bily (le chien) terrorisé par les camions qui nous frôlent… Heureusement les Gros eux, se contre fiche de la circulation et peuvent admirer la vue.
Après le pont nous continuons quelques centaines de mètres le long de la nationale avant de bifurquer vers des lieux plus reposants.
Enfin une petite halte pique-nique…. Hum en fait nous ne grignotons que quelques barres de céréales n’ayant pas trouvé à nous ravitailler en route. Tant pis nous avons tous des réserves de grassouillage idéalement prévu pour de telles occasions.
Tous parfaitement reposés, nous repartons d’un bon pas. Je ne sais pas à quoi était ces barres de céréales mais semble-t-il y avait pas que des fruits là-dedans… vu l’état d’euphorie des humanoïdes !
Le temps reste ce qu’il est, MAIS il ne pleut pas et c’est déjà parfait comme ça.
Arrivés à Vranov nous trouvons à bivouaquer… Au centre même du village ! Toto s’occupe du réchaud à bois pour faire cuire les pâtes, on a comme qui dirait un peu faim et tout va pour le mieux, puisque humains et chevaux mangent…

Mercredi 20 Juillet 2011

Après avoir plu une bonne partie de la nuit, le ciel est chargé, mais pas de pluie. C’est déjà ça !
On plie tout rapidement des fois que les menaces se précisent…
Comme vous le voyez, les jours se suivent et patati patata Aujourd’hui il fait moche ET froid, voilà c’est dit ! Heureusement les chemins sont roulants, on avance bien.
Les rivières sont devenues les meilleurs amis des Gros dans lesquels ils boivent et pataugent à loisir.
Juste après cette rivière une grosse pente, quasi un mur, rendue glissante par les pluies … Mais les poilus enclenchent les 4 chenilles motrices et grimpent sans même patiner ! En haut ce sont des blocs et des plaques de granites longeant un à pic vertigineux qui vont me faire blêmir… Moi mais pas les Gros qui crapahutent là-dedans comme des biques.
Enfin assez d’émotions et nous retrouvons un sentier tout pâââârfait. Ouf !
Les paysages ne sont jamais lassants, forêts, montagnes, plaines…. A Oslov nous serons accueillis chez un monsieur adorable, et logerons dans un terrain tellement couvert d’herbe que quasi on y perdait Bibi.

Mardi 19 Juillet 2011

Après une bonne nuit réparatrice et un p’tit déj’ bien agréable au bon air des montagnes, nous voici repartis pour une nouvelle journée.
Tandis qu’avec Patrice nous allons faire un petit shopping « en ville », les garçons et les poilus nous attendent en broutant le long de la Vltava. Après avoir refait le plein de pâtes et de boites de thon, nous voici partis !
Nous suivons bien évidemment un tracé balisé, et là hop nous tombons sur une barrière cadenassée Toutefois c’est sans compter avec Patrice-Mc Gyver qui armé de son multi tool va ouvrir ça vite fait bien fait.
Comme les journées se suivent et ne se ressemblent pas, aujourd’hui il fait très beau et les chemins sont faciles. Nous n’échapperons cependant pas à une longue descente sur route, qui nous amènera jusqu’à la rivière. Halte casse-croûte à Solenice, à l’ombre au bord de la Vltava et ô chance en dégustant de délicieux hamburgers achetés à un resto tout à côté. Chevaux et humains se reposent, c’est la pause idéale !
Une petite heure plus tard (jamais de sieste pour nous entre midi et deux !) nous voici repartis au top form. Nous traversons la rivière, une fois de plus, cette fois-ci sur une passerelle piétonnière. Trop fastoche !
De l’autre côté grosse et longue montée qui s’avère… pavée Oui, bon pourquoi pas, enfin ça ne dure pas et nous retrouvons de vrais chemins. Nous suivons le balisage bleu : notre destination : Radava
Et voilà nous trouvons une place extra dans un petit camping.

Lundi 18 Juillet 2011

Après une nuit de tempête, pluie et vent en veux-tu en voilà (mais notre tente « pacher » a tenu yesss ) nous voici partis pour une journée à taux émotionnel fort.
On attaque ainsi direct par de petites sentes pour yack tibétains, surplombant la Vltava dans des vues grandioses et des à pics à la même mesure. Mieux vaut donc avoir et le pied sûr et ne pas trop être sujet au vertige…
Des arbres, abattus par les pluies de ces dernières semaines, encombrent le sentier. On parvient à en passer plusieurs, jusqu’au moment, où il est impossible et d’avancer et… De reculer ! A coups de machette nous nous frayons un chemin dans le bush, heureusement à cet endroit la pente est moins à pic, les chevaux passent tranquillement comme si c’était normal ! Ces animaux-là doivent fumer des herbes bizarres en cachette, ce n’est pas possible autrement !
Nous en serons quittes pour une bête sacoche éventrée comme un crapaud, que Patrice alias Mc Gyver, recoudra le soir même avec un latigo.

On pique ensuite direct à travers la montagne et retrouvons avec soulagement des chemins plus carrossables ! Nous redescendons vers la Vltava où les Gros boivent un coup bien mérité.
Les Gros sont en pleine forme, il fait frisquet mais il ne pleut pas, bref tout roule. Les paysages malgré le temps « peut mieux faire », sont superbes.
A Kamik nous rencontrons un monsieur qui nous propose de pouvoir bivouaquer dans ses 60 hectares de montagne !
Finalement après cette journée plutôt intense, nous aurons un bivouac magnifique, le plus beau et le plus paisible de toute notre rando’.
Nous revoyons attentivement le tracé du lendemain afin de ne pas retomber dans les sentes pour sherpa !
Et nous pouvons nous endormir tranquilles…

Dimanche 17 juillet 2011

Il fait beau, et il faudra en profiter ! On passe notre 1ier pont mais pas notre dernier…
Tout roule, bien que les chemins continuent à tester nos capacités motrices… Mais Gros Lu’ étant croisé chèvre Alpine et dahu, passe partout, imperturbable.
Il fait chaud (je me répète je sais, mais comme ce ne fut pas fréquent ça fait du bien de le dire) heureusement il y a partout des ruisseaux pour s’abreuver et patauger
Les chemins restent et agréables et praticables, enfin on fait une halte pique-nique fort bienvenue, dans une forêt surplombant la rivière.
On repart tout ragaillardis et notez qu’il fait encore et toujours beau. On fait les touristes, on admire les paysages… Paysages qui dans leurs diversités ne sont jamais lassants.
Ce soir-là notre bivouac se fera dans un camping en bord de la Vltava. Les chevaux auront un grand paddock bien herbeux et nous tout confort, avec douches !
Vu le temps on aurait bien aimé faire faire trempette aux chevaux dans la rivière, hélas le seul accès « plage » était squatté par tout une armée de mères et de bambins, j’étais prête à y aller quand même, mais parait que ça s’fait pas de piétiner la progéniture d’autrui …
On s’est consolé en se faisant une plâtrée de pâtes au thon.

Samedi 16 Juillet 2011

Nous voici partis !
Déjà l’ambiance se met en place, et les premiers passages un peu hard sont là. Nous qui pensions à une rando’-promenade nous aurons une rando’-aventure et puis voilà ! Mais il fait beau et les chevaux avalent les difficultés comme si de rien n’était.
Le tracé annoncé pour vtt s’avère, hum plus pour mules qu’autre chose, mais la vue est phénoménale. Notre 1ier bivouac sera à Trebenice, les chevaux ne se plaindront pas du gîte : ils ont de l’herbe jusqu’au ventre.
Et nous nous endormons confortablement avec la vue sur les Gros en train de mastiquer…

Randonnée en Bohême du Sud :

Juillet 2011 La Bohême

lorsqu’on ne parle ni d’un opéra ni d’une chanson, on parle de la région située en République Tchèque, bien entendu !
Nous voici revenus d’une petite virée en remontant la Vltava, la plus grande rivière Tchèque, depuis Prague jusqu’aux faubourgs de České Budějovice, aller et retour soit grosso modo 360 km.

Aenean elit. adipiscing vel, elementum eget commodo vulputate,