Ce matin pas de pluie, le temps est couvert et froid (à tel point que nous enfilons tous nos tee shirt et chemises les uns sur les autres) mais pas encore de pluie.
Petit dej’ puis pansage des velus qui sont en pleine forme, habitués au rythme à présent.
Et nous voici parti suivant toujours nos marquage des chemins Européen, pas toujours optimum avouons-le. Aujourd’hui après quelques centaines de mètres dans la forêt, le marquage nous abandonne ainsi que le chemin. Trop bien. En nous fiant à Garmin, nous parvenons à nous sortir de ce mauvais pas en descendant le cours asséché d’une rivière. Heureusement que les chevaux sont un zest attentifs et tranquille…
Mais nous retrouvons finalement le Saint Asphalte et nos chemins en tuf.
Comme le temps n’est pas au mieux, il pleut de temps à autre, nous décidons de terminer l’étape le plus vite possible. Des champs entiers de camomille bordent les chemins, ce serait encore plus joli par… Euh… 25°
Les paysages ont bien changés et sont à présent définitivement des paysages du Sud
Comme on en venait presque à douter un panneau nous rappelle que si si, nous sommes bien au pays des ours et que la prudence est de rigueur
Le tracé Européen est bien gentil, quoiqu’aujourd’hui après l’épisode de perdition en forêt il nous trimballe pendant des plombes sur les routes, mais le moral est toujours au beau fixe, à l’inverse de la météo…
Puis ouf on respire un peu en traversant de jolies pinèdes dont les sous-bois sont couverts de myriades de fleurs jaunes.
En début d’après-midi sous une pluie qui ne cesse de se renforcer nous parvenons au haras de Lipica.
On nous prépare 4 boxes pour que nos chevaux puissent se sécher et nous même allons à l’hôtel 3 étoiles… Une fois n’est pas coutume !
Et Kid qui semble se demander s’il ne préfère pas finalement un paddock dehors sous la pluie !
Quelques lipizzans qui font un peu la tronche sous la pluie
Voilà l’aventure se termine, chevaux et humains sont en pleine forme et… Prêt à repartir !
Le lendemain après une visite vip avec le directeur du Haras, nous embarquons les chevaux dans le van, direction la maison.
Et Filoose me direz-vous… A-t-elle été mangé digérée par un ours ? Surement pas ! Quel ours pourrait venir à bout d’une aussi coriace Roumaine !
Lors de la visite de Lipica, quelqu’un téléphone au Haras afin de signaler que Filoose est retrouvée et nous attend chez eux. Elle s’est fait plus de 50 km en arrière à travers les bois et les montagnes, rebroussant chemin et remontant les divers étapes que nous avons faites. Pour l’heure elle nous attend là nous étions le deuxième jour !
Trop forte cette fifille.

Et voilà tout est bien qui finit bien…

amet, commodo in accumsan ultricies ut id, libero.