La nuit n’a pas été mauvaise bien qu’elle ne fut pas aussi sereine qu’espérée : en effet vers 1h du matin deux coups de feu tirés à proximité, nous ont brutalement fait jaillir de la tente… Mais que ce passe-t-il ?! Avons-nous marché sans nous en rendre compte jusqu’à Kiev ? Ou bien n’est-ce qu’un Tchèque qui vient d’abattre son voisin…?
Nous l’ignorons et ne tenons peut être pas à savoir, en tout cas nous avons du mal à revenir de cette frayeur et nous rendormir. Les Gros eux n’ont pas bronché.
Finalement levés à 5h et départ vers 7h dans un petit matin déjà chaud, nous empruntons par chance, de longs et paisibles chemins de forêts, agréablement ombragés sous lesquels nous déambulons tranquillement. Les paysages ne sont pas dégueu’ non plus, lorsque nous émergeons parfois des sous-bois. Des champs de blé, tout en bleu et or du fait des bleuets qui les parsèment, nous laissent émerveillés. Nous traversons quelques villages toujours ornés d’églises incroyables, puis nous traversons par une passerelle au-dessus de l’autoroute pour Prague, afin de nous rendre vers d’autres lacs de baignade. Les gardes corps sont étonnements bas : une bonne adresse pour les suicidaires.

Comme il y a 3 lacs sur notre tracé, nous avons plus ou moins l’embarras du choix. Le premier ne convient pas, berges inaccessibles, herbe de piètre qualité… Allons voir plus loin ce que le Destin nous réserve.
Nous trouvons notre bonheur au prochain : coin idéalement ombragé et herbeux pour les dodus face à un lac paisible, dont la surface est à peine troublée par les clapotis d’énormes poissons chats.
A midi le camp est installé et nous pouvons nous régaler de nos pâtes au thon, tandis que les Gros broutent ou sommeillent. La lessive quotidienne sèche, nous allons donc pouvoir passer à des activités plus vacancières : Comme baigner les patassons, et avec cette douce chaleur bien estivale, même Gros Lu’ apprécie la baignade. Puis nous nous lançons dans la construction d’une maison pour lutin mexicain…

Le soir tombe sereinement sur le lac, les poissons, hors normes, font une vraie sarabande tandis que la météo annonce de lourds orages pour le lendemain. Et si nous restions ? Après tout nous sommes bien à l’abri des rigueurs climatiques ici, alors aurons-nous droit finalement à notre journée de repos… Ou pas ?

Praesent mi, venenatis accumsan at vulputate, dolor.